Ma mère et mes frères

Matthieu 12, 46-50

Comme Jésus parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler. Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler.» Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

Écouter le texte biblique

La vraie parenté

« Jésus parlait encore aux foules. » Ce petit mot, « encore », peut être compris de diverses façons : encore une fois ! ou bien : malgré l’heure tardive, Jésus était encore là, à enseigner la foule ! Ce passage d’évangile est en effet précédé de nombreuses prises de parole de Jésus et de nombreuses guérisons.

Quel que soit le sens qu’on lui donnera, cet « encore » nous fait percevoir combien Jésus est dévoré, happé par la foule qui se presse autour de lui pour l’entendre, pour se faire guérir ou consoler, allant même parfois le poursuivre jusque dans sa retraite. 

C’en est trop pour sa famille, qui se sent dépossédée : impossible de le récupérer, de l’avoir un peu pour elle seule, ni même de l’approcher ! Quelle humiliation pour elle, la famille de Jésus, de devoir recourir à un étranger pour lui faire porter sa demande !

Peut-être peut-on aussi y percevoir une pointe de jalousie : c’est lui, Jésus que l’on recherche, c’est lui maintenant, de toute la famille, le personnage le plus important.

Comme il est difficile pour une mère d’accepter que son enfant lui échappe, ou pour des frères aînés que le petit dernier les dépasse (une des traditions fait d’eux les fils d’un premier mariage de Joseph) !

Il n’empêche ! Elle est bien dure la réponse que Jésus, sans les rejoindre et sans même s’adresser à eux personnellement, lance à la cantonade !

À l’âge de 12 ans déjà, à Jérusalem, où il était resté à l’insu de ses parents, les laissant le chercher, angoissés, il leur avait rétorqué, sans manifester le moindre remords, qu’il se devait d’abord à son Père.

Jésus est celui qui échappe à toute mainmise, nul ne peut le posséder pour soi, comme nul ne peut posséder Dieu. Peut-être la meilleure façon d’être avec lui est-elle, non seulement de faire la volonté de son Père, mais aussi de le donner aux autres, en aimant gratuitement, comme Dieu nous demande d’aimer, sans retour sur soi, et de le remercier lorsque parfois sa présence se fait discrètement sentir.

Écouter la méditation

Cette méditation vous éclaire ?

Partagez cette méditation avec vos proches

Asset 1 Partager

Autres méditations

Découvrez les dernières méditations du parcours biblique

Voir toutes les méditations

À vous la parole

42 commentaires

Rédiger un commentaire

« Merci Marilou.
Chaque commentaire est précieux. On accroche plus ou moins à l'un ou l'autre, mais ils apportent tous un plus.
J'ai animé des groupes. certaines personnes me disient :"Je poserais b... »

Lire la suite

Geneviève - 28 septembre 2022 - 8:01

« Et Jésus parlait "encore" aux foules!

Inlassablement, encore et encore, Jésus leurs/nous parle de l'Amour. Amour de du Père et du Fils avec l'Esprit Saint qui nous sanctifié.

Cet Amour incomme... »

Lire la suite

Marilou - 27 septembre 2022 - 16:54

« Après avoir lu tous ces commentaires, j'ai envie de partager une petite expérience.
( Oui, ce qui n'est pas possible biologiquement, l'est spirituellement.)
J'ai adopté 2 enfants. En les adoptant, ... »

Lire la suite

Geneviève - 27 septembre 2022 - 14:37

« je pense que Marie et ses frères ont peut-être peur du futur.
les prophètes sont morts de mort violente , et celà les inquiète beaucoup
il faut toujours esperer au delà de toute esperancevoir Pe... »

Lire la suite

boutillier micheline - 27 septembre 2022 - 13:41

« "Qui est ma mère, qui sont mes frères" je ne pense pas que Jésus voulait blesser sa mère.
ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique Luc 8-19-2... »

Lire la suite

santal - 27 septembre 2022 - 11:03

« En lisant les récits de Maria Valtorta, on apprend que Jesus était pleinement humain et qu'il souffrait de devoir "rudoyer" sa mère ; qu'il souffrait d'entendre qu'on lui parle de son fils comme ... »

Lire la suite

mahona - 26 septembre 2022 - 20:43

Nous avons besoin de votre soutien financier pour poursuivre notre prédication sur internet ! Merci.

-0:00